Elephant, revisited

Concours
Elephant, revisited
Concours
Équipe de réalisation
10 min 19

Quand nous avons écouté cette pièce la première fois, c'était à l'aveugle. Sans note d'intention, ni titre. Nous nous sommes d'abord demandé où cette voix off, jonglant d'une enceinte à l'autre, voulait en venir. Et puis nous avons fini par comprendre. Dans les dernières secondes. La pièce d'Amélie Buhannic, film sans image, revisite en réalité le long-métrage Elephant de Gus Van Sant sur la tuerie de Columbine, aux États-Unis.

Split-screen sonore

Si nous avons eu un coup de coeur pour cette composition au festival Longueur d'Ondes le 6 février 2016, ce n'est pas tant pour sa technicité -il y a à redire sur ce 5.1 qui n'en est pas un- que pour l'originalité de sa narration. L'installation d'origine, présentée au Frac Bretagne à Rennes, prévoit quatre haut-parleurs qui scindent et scandent les dernières minutes des différents protagonistes et témoins du drame de Columbine en 1999, comme le ferait un split-screen (en français, écran divisé) au cinéma. Le résultat est un récit "défait, délocalisé, augmenté", selon des mots empruntés à Amélie, dont résulte une tension grandissante jusqu'au climax silencieux de cette histoire.

Amélie Buhannic, 31 ans, sortie en juin 2015 de l'Eesab, École européenne supérieure d'art de Bretagne à Quimper, se décrit comme une "passeuse d'histoires [...] personnelles et subjectives".

Le jury du Prix de la création en multicanal était composé de Bergame Périaux de l'Ina, d'Hervé Déjardin, expert en son 3D à Radio France et de Olivier Pellerin et Cécile Quéguiner, chargés de mission à l'innovation sonore à la direction du numérique de Radio France.

► Découvrez aussi le 1er prix de la création en 5.1 : Ode à Vendredi, de Sulivan Clabaut.  

 

A écouter aussi

SEQUENCES S02E02 : les bricolages sonores de Jacques, une expérience audiovisuelle et sonore immersive inédite.
43 min

SEQUENCES S02E02 - Jacques

La pierre d'un zippo, le lapement d'un chat, le grincement d'une porte : autant d'éléments autour desquels Jacques imagine et construit sa musique que ce soit dans le studio où il compose ou lors de ses concerts où, équipé de sa blouse blanche, il invite le public à lui fournir des bruits qu'il incorpore en direct à se

...